André Hunebelle

Publié le par cape et épée

http://filmsdefrance.com/img/Andre_Hunebelle.jpg

 

André Hunebelle est sans aucun doute le réalisateur emblématique du film de cape et d'épée Français, et l'une des grandes figures du cinéma populaire des années 50 et 60. Et en cela, il mérite une place trés importante sur ce blog. Petite biographie d'un réalisateur a la filmographie pour le moins imposante...

 

http://image.toutlecine.com/photos/m/e/t/metier-de-fous-1948-03-g.jpg

Gaby Sylva et Jean Tissier dans Métier de fous

 

André Hunebelle nait le 1er septembre 1896 à Meudon. Loin d’être tenté dés le départ par un carrière cinématographique, il prépare l’École Polytechnique, devient décorateur, avant de se tourner vers le design, puis la verrerie à partir de 1927. Maitre-verrier reconnu et réputé, il exerce pendant cinq ans ce métier. Ce n’est qu’en 1947, à la cinquantaine, qu’il réalise son premier film, Métier de fous, produit par Paul Cadéac, et où débute son fils Jean-Marie Hunebelle, qui, sous le pseudonyme de Jean Halain, deviendra son principal collaborateur, et l’auteur des dialogues de la plupart de ses films.

 

http://images.fan-de-cinema.com/affiches/aventures/mission_a_tanger,1.jpghttp://images.allocine.fr/medias/nmedia/18/35/56/12/18406686.jpg

 

Le succès du film incite André Hunebelle  a poursuivre sa carrière, se spécialisant dans la comédie, avec Millionnaires d’un jour, l’année suivante. Il rencontre Michel Audiard, qui signe les dialogues de ses deux films suivants, Mission a Tanger en 1949 et Méfiez-vous des blondes l'année suivante. En 1952, il dirige Michel Simon dans Monsieur Taxi. Suivent, la méme année, deux nouvelles comédies: Massacres en dentelles et Mon mari est merveilleux.

 

http://cinememorial.com/FILMS/AFFICHE/trois_mousquetaires_1953.jpghttp://www.web-libre.org/medias/affiche-films/3b712de48137572f3849aabd5666a4e3.jpg

 

En 1953, il délaisse la comédie pour Les trois Mousquetaires, d’après le roman d’Alexandre Dumas, adapté par Michel Audiard, et qui réunit Georges Marchal et Bourvill. En 1954, il revient au film de cape et d’épée, et dirige Bourvil une deuxième fois dans Cadet-Rousselle, avant de retrouver Michel Simon dans L’impossible Monsieur Pipelet en 1955.

 

http://www.cinema-francais.fr/images/affiches/affiches_h/affiches_hunebelle_andre/les_collegiennes01.jpghttp://www.web-libre.org/medias/affiche-films/3198dfd0aef271d22f7bcddd6f12f5cb.jpg

 

Le rythme de ses réalisations s’accélère, avec Mannequins de Paris, Casino de Paris et Les collégiennes en 1956, comédie sentimentale contant les premiers émois d’une jeune fille jouée par Elga Andersen. Il retrouve Jean Halain l’année suivante pour Les femmes sont marrantes. Avec Taxi, roulotte et corrida en 1958, il propulse sur le devant de la scène Louis de Funès, jusqu’à là cantonné à des rôles mineurs. Il retrouve l’acteur, devenu par la suite une star, dans plusieurs autres réalisations.

 

http://www.krinein.com/img_oc/big/12717.jpghttp://medias.fluctuat.net/films-posters/7/3/7309/le-capitan-2/affiche-1.jpg

 

Après cette ultime comédie, André Hunebelle se tourne vers le film de cape et d’épée, au point de devenir le réalisateur français emblématique du genre, enchainant Le bossu en 1959, Le capitan en 1960 et «Le miracle des loups en 1961. Jean Marais, premier rôle dans ces trois films, devient dés lors son acteur fétiche.Les deux hommes se retrouvent dans Les mystères de Paris, adaptation du roman d’Eugene Sue, en 1962.

 

http://www.cinema-francais.fr/images/affiches/affiches_h/affiches_hunebelle_andre/le_miracle_des_loups.jpghttp://imworld.aufeminin.com/cinema/les-mysteres-de-paris-7793_L.jpg

 

Les années soixante sont le sommet de la carrière de André Hunebelle, grâce au succès de deux séries de films: Fantomas et OSS 117. Les films a succès s’enchainent, avec entre autres OSS 117 se déchaine en 1963, Banco a Bangkok pour OSS 117 et Fantômas en 1964, Furia a Bahia pour OSS 117 et Fantômas se déchaine en 1965, Fantômas contre Scotland Yard et Pas de roses pour OSS 117 en 1967.

 

http://fr.vivat.be/images/OSS%20117%20se%20d%C3%A9cha%C3%AEne.jpghttp://www.cinemotions.com/data/films/0080/29/1/affiche_Fantomas_1964_1.jpg

 

Durement critiqué par François Truffaut et les cinéastes de la Nouvelle Vague, André Hunebelle, véritable maître de la comédie populaire à la française, devient plus discret à partir de la fin des années soixante. Après une nouvelle adaptation d’Alexandre Dumas, Sous le signe de Monte-Cristo en 1968, qui transpose l’action dans le monde moderne, André Hunebelle abandonne pour un temps la réalisation.

 

http://images.fan-de-cinema.com/affiches/drame/sous_le_signe_de_monte_cristo,1.jpg

 

Il ne revient au cinéma qu’en 1973, réunissant Les Charlots pour un diptyque parodique: Les quatre charlots mousquetaires et À nous quatre, cardinal. En 1976, il revient a la comédie de mœurs avec Ça va faire tilt, son dernier film. Il meurt a Nice, le 27 Novembre 1985, laissant derrière lui une imposante filmographie: 33 films en trente ans.

 

http://images.allocine.fr/medias/nmedia/18/36/22/98/18463796.jpghttp://www.replikultes.net/medias/images/movies/posters/472.jpg

Publié dans Les réalisateurs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article