Le bossu

Publié le par cape et épée

http://www.notrecinema.com/images/cache/le-bossu-affiche_178933_5768.jpg

 

Ayant beaucoup parlé des films récents, j'ai négligé ces derniers temps les grands classiques du film de cape et d'épée. Erreur en partie réparée, avec l'ajout de ce grand classique du cinéma populaire français: Le bossu, réalisé par l'infatiguable André Hunebelle.

 

J'adore cette bande-annonce, très "cinoche vieille France". Je vous rassure, le film ne se résume pas à ça...


Autant le dire tout de suite, il s'égit là de l'un des meilleurs films d'André Hunebelle. Le bonhomme est capable du meilleur (Fantômas, Les trois mousquetaires, OSS 117 se déchaine), comme du pire (Cadet-Rousselle, Fantômas contre Scotland Yard, Les Charlots mousquetaires). Ici, c'est à une vraie aventure de qualité que nous convie le réalisateur.

 

L'intrigue est bien connue, et je l'ai déjà résumée avec ma critique de Lagardère, autre adaptation du roman de Paul Féval. Lagardère s'est lié d'amitié avec le duc de Nevers. Lorsque celui-ci est tué par son cousin Gonzague, notre héros élève sa fille orpheline, Aurore, jure de venger Nevers et de retrouver son assassin.

 

http://memstory.memory-life.com/photos_even/19601005-LeCapitan.jpg

 

Avec Le bossu, le cinéma d'André Hunebelle entre dans sa maturité. Alors que son adaptation des Trois Mousquetaires manquait sérieusement de rythme, sa version du Bossu parvient a intéresser du début à la fin. Certes, le film contient parfois quelques longueurs, mais dans l'ensemble, cela passe très bien. Les scènes d'action se suivent mais ne se ressemblent pas, tandisque l'intrigue progresse lentement mais surement. André Hunebelle n'est cependant pas le meilleure réalisateur du monde, et parfois le film manque un peu d'audace et de panache. Il fait du roman de Paul Féval un film d'aventure un peu passe-partout, destiné à plaire à la majorité du public. Comme quoi, le cinéma commercial ne date pas d'hier. La recette a fonctionné, puisque Le Bossu a rapidement atteint les sommets du box-office...

 

Cependant, le film doit beaucoup de son charme au talent de Jean Marais. Incarnant à la perfection le héros Lagardère, il rend réellement attachant et crédible son personnage, trouvant toujours le ton juste, sans jamais sombrer dans la caricature. Jean Marais était l'un des rares acteur capables de rendre des héros parfaits vraiment crédibles. En cela, il se montre aussi doué que les Errol Flynn et autres Tyrone Power américains.

 

http://www.gaumont.fr/files/oeuvrea/0001011/0001011_gal_003_med.jpg

 

Jean Marais parvient se montre également très doué dans les scènes d'action. L'acteur était très rarement doublé, et reste un escrimeur de talent. Comme dans tout bon film de cape et d'épée à l'ancienne, les morceaux de bravoure se succèdent, et sont très réussis pour l'époque. Preuve s'il en est que la France savait faire de bons films d'aventure, quasiment à la hauteur des films américains. Pas grand chose à dire sur le reste, sinon que l'ensemble respecte bien l'histoire. Les seconds rôles sont corrects, notamment Bourvil, qui fait du Bourvil, avec encore une fois un rôle de bras droit comique, faire-valoir du héros.

 

En somme, Le Bossu est un film incontournable, témoignage de la qualité française de l'époque, ou le réalisateur et sa tête d'affiche se sont livrés à fond, pour offrir au public un film agréable, techniquement irréprochable, une aventure captitanve, encore supceptible de plaire aux amateurs du genre comme aux spectateurs lambda. Un classique.

 


 

Publié dans Les films

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article